Les 5 étapes essentielles pour passer une bonne journée

Nous avons tous eu ces jours au travail où rien ne va bien : Votre patron est de mauvaise humeur, votre ordinateur contracte un virus et il y a un embouteillage de deux heures sur votre trajet domicile-travail. Il est facile d’écarter des journées comme celle-ci comme étant le sous-produit inévitable d’un milieu de travail moderne. Mais un nouveau livre de Caroline Webb, coach exécutif et ancienne partenaire de McKinsey, comment avoir une bonne journée: Exploitez le pouvoir de la science du comportement pour transformer votre vie professionnelle, fait valoir que vous avez beaucoup plus de contrôle sur votre journée de travail que vous ne l’imaginez.

L’un des livres de gestion personnelle les plus approfondis et les plus pratiques que j’ai lus depuis longtemps, Have a Good Day n’explique pas seulement pourquoi nous nous comportons comme nous le faisons. Webb montre comment de petits ajustements dans votre comportement peuvent assurer que les bons jours seront plus nombreux que les mauvais.

Avant de partager mes conseils Webb préférés, permettez-moi de clarifier ce qu’elle entend par « bonne » journée. Cela ne signifie pas une journée exempte de distractions, de stress ou de défis (aussi beau que cela puisse paraître). Selon M. Webb, une bonne journée est plutôt celle où l’on peut répondre par l’affirmative à trois questions clés :

  • Avez-vous consacré votre temps et votre attention à des choses qui comptent ?
  • Pensez-vous que vous avez fait du bon travail et que vous avez eu le soutien des autres ?
  • Est-ce que la journée vous a laissé un sentiment de plus d’énergie que d’épuisement ?

5 Tactiques pour passer une bonne journée:

1. Définissez les intentions de votre journée:

Avez-vous remarqué que lorsque vous achetez une nouvelle voiture, il semble soudainement que chaque véhicule que vous voyez est le modèle exact que vous considérez ? C’est parce que votre cerveau ne peut percevoir consciemment qu’une partie de ce qui se passe autour de vous à tout moment. Ce que vous remarquez, c’est que tout ce qui correspond à des choses qui sont déjà en tête de liste. C’est un phénomène que les chercheurs appellent « attention sélective » et c’est pourquoi Webb vous suggère de devenir plus délibéré dans la définition de vos intentions pour la journée.

Par exemple, disons que vous aurez une réunion importante avec un collègue difficile. Normalement, lorsque vous vous concentrez sur le fait qu’il ou elle a tendance à être un peu idiot, vous trouverez rapidement des preuves confirmant vos attentes (p. ex. un sourire irritant) tout en filtrant tout le reste (un sourire ou un ton conciliant). Votre fixation sur le négatif signifie que la conversation est probablement vouée à l’échec avant qu’elle ne commence.

Au lieu de cela, dit M. Webb, si vous essayez consciemment de remarquer les signaux positifs (aussi peu nombreux qu’ils puissent l’être) avant d’entrer dans la réunion, vous aurez plus de chances d’avoir une discussion cordiale.

Voici la routine quotidienne de définition des intentions que Webb vous recommande pour commencer votre journée:

  • Soyez clair sur votre objectif en posant la question suivante :  » Qu’est-ce qui compte le plus dans la réussite de ce projet ?
  • Reconnaissez les préoccupations qui dominent vos pensées et demandez:  » Ces attitudes et hypothèses m’aident-elles à atteindre mon but réel, et si non, puis-je les mettre de côté pour l’instant ?
  • Demandez: « Compte tenu de mes vraies priorités, sur quoi devrais-je concentrer mon attention ? Qu’est-ce que je veux le plus surveiller ? »

La mise en pratique de cette stratégie vous aidera à vous assurer que vous choisissez des indices qui favorisent le genre de résultats que vous voulez, par opposition à ceux que vous ne voulez pas.

2. Entraînez-vous à prendre de la distance:

Peu importe à quel point vous êtes habile à établir des intentions, vous ne pouvez pas toujours éviter les frustrations et les défis de la vie. Pour paraphraser un autocollant de pare-chocs populaire, « Stuff happens ».

La distanciation est une technique d’une simplicité trompeuse qui vous permet d’acquérir la perspective nécessaire pendant ces moments « Take me away, Calgon ». Deux tactiques de distanciation de Webb:

Posez-vous d’abord la question: « Qu’est-ce que je vais penser de ça dans un mois ou un an ? » C’est une question puissante qui peut vous aider à changer votre façon de penser lorsque la frustration menace d’obtenir le meilleur de vous.

Deuxièmement, faites semblant de conseiller un ami. La plupart des gens trouvent qu’il est beaucoup plus facile d’aider un ami que de résoudre leurs propres problèmes. La prochaine fois que vous serez aux prises avec un problème épineux, posez-vous la question: « Que dirais-je si je donnais des conseils sur cette même situation à un ami ? Vous serez étonné de constater à quel point il sera plus facile de penser clairement une fois que vous vous serez retiré de l’équation.

3. Planifiez des temps d’arrêt stratégique:

M. Webb affirme que la recherche démontre de façon écrasante que nous prenons de meilleures décisions lorsque nous donnons un répit à notre cerveau. Ainsi, même si cela peut sembler contre-intuitif, vous serez plus productif si vous faites de petites pauses pendant la journée.

Idéalement, vous ferez une pause toutes les 90 minutes: Faites une courte sieste, allez faire une promenade rapide ou simplement vous lever et vous dégourdir les jambes. Votre cerveau – et vos collègues – vous remercieront.

4. Concentrez-vous sur une tâche à la fois:

Ici encore, note Webb, la recherche est claire: le multitâche nous rend moins productif, plutôt que plus productif. Lorsque nous jonglons constamment, les taux d’erreur augmentent et la production diminue. Deux des conseils importants de Webb:

Plutôt que de répondre aux courriels toute la journée, vérifiez votre boîte aux lettres électronique seulement deux fois par jour. De cette façon, vous pouvez affiner les travaux les plus importants sans interruption constante.

Prévoyez également un bloc de temps de réflexion ininterrompu pour travailler ensemble sur vos tâches les plus complexes et sur des tâches similaires.

5. Pratiquez la gratitude:

En fin de compte, ce qui rend notre journée bonne ou mauvaise, dit Webb, c’est en grande partie notre état d’esprit. Lorsque vous prenez l’habitude de noter les bonnes choses (aussi petites soient-elles), votre cerveau prend l’habitude de rechercher les choses positives et votre humeur s’améliore.

Prenez donc l’habitude de remarquer activement le bien autour de vous.

Au début de chaque journée, essayez de remarquer trois bonnes choses. Par exemple : Votre café était chaud, quelqu’un vous a tenu la porte ouverte et le train est arrivé à l’heure. Puis, à la fin de la journée, pensez aux trois meilleures choses qui se sont produites et notez-les ou parlez-en à votre partenaire.

Plus vous pratiquez la gratitude, dit Webb, plus vous serez heureux et productif.

Maintenant, sortez et passez une très bonne journée !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *